16/03/2018

Les femmes et l’industrie épisode 4 : Svetlana Kiseleva, co-fondatrice et Directrice du Marketing et du Développement des Affaires de Plair SA

4ème et dernier épisode de notre saga sur les grandes femmes de l’industrie genevoise : Svetlana Kiseleva, co-fondatrice et Directrice du Marketing et du Développement des Affaires de Plair SA. Spin-off de l’Université de Genève, Plair SA est une startup basée à Genève depuis 2014. Elle retient l’attention du monde entier avec sa station capable de retransmettre en temps réel une analyse des particules fines dans l’air telles qu’allergènes et autres polluants.

Plair.jpg


Madame Kiseleva, qu’est-ce que l’industrie pour vous ?

Pour moi, l'industrie c'est la création de produits ou de services dans un domaine spécifique tel que la science, l'ingénierie ou la technologie.

Chez Plair nous développons, fabriquons et commercialisons des instruments qui détectent et identifient automatiquement et en temps réel les particules en suspension dans l’air. Ils sont utilisés dans de nombreux domaines comme la santé, l’environnement ou encore l’agriculture.

Ce sont avant tout des produits d'ingénierie issus d’une technologie laser de pointe que nous avons initialement conçue à l’Université de Genève.  Aujourd’hui nos instruments sont utilisés dans plus de la moitié des pays européens. Ce sont des stations de mesure des allergènes, comme les pollens et les spores, mais aussi de la pollution de l’air et des pathogènes fongiques.

Pour moi, l’innovation est la clé de la réussite pour toutes les industries. Grâce à l’innovation, Plair a plusieurs d’années d’avance dans son domaine.

Etre une femme dans l’industrie aujourd’hui qu’est-ce que ça veut dire ?

Etre une femme dans l'industrie signifie avant tout travailler et s’améliorer dans sa profession. Avant de créer Plair, pendant mes années de doctorante en physique appliquée ou durant le reste de mes études, j’ai toujours été hyper connectée à la technologie.

Je ne me suis jamais demandé si ma profession était masculine ou féminine. J’ai tout simplement suivi ma passion. Je trouvais cela encourageant et j'ai petit à petit acquis les compétences nécessaires.A la tête de Plair, je me sens véritablement épanouie. Aujourd’hui nous employons cinq personnes à plein temps à Genève et continuons de grandir.

Avez-vous observé un changement au cours de ces dernières années ?

Je vois de plus en plus de femmes dans les secteurs comme les sciences de la vie et l’informatique.Cependant, quand nous avons cherché des spécialistes en ingénierie, nous n’avons reçu aucun dossier de femmes, alors que pour les postes liés à l’informatique, le pourcentage était de presque 15%. Il en va de même lorsque nous sommes présents à des expositions technologiques internationales – les hommes sont en majorité.

Chez Plair, nous recherchons la diversité au sein des équipes et espérons vivement qu’il y aura plus de femmes intéressées par la technologie et l’ingénierie dans le future.

Quels conseils donneriez-vous à une jeune femme qui voudrait se lancer dans l’industrie ?

Il faut absolument se lancer, apprendre, acquérir de l'expérience le plus vite possible, ce sera une valeur ajoutée pour le future. Aujourd’hui les opportunités sont multiples : travailler dans une multinationale, une start-up comme Plair ou lancer son propre projet.

Quoi qu’il en soit, il y a toujours une forte demande de femmes compétentes en ingénierie. D’ailleurs, dans ce domaine, les femmes montent très rapidement les échelons, beaucoup plus vite qu’ailleurs.

Enfin, je reste convaincue que la science, l'ingénierie et la technologie rendront notre monde meilleur et plus intelligent. Il faut donc saisir toutes les opportunités possibles pour y participer.

 

Le team industrie-geneve.ch

09:52 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Histoire exemplaire car pour la parité ce qui manque aux femmes en premier lieu, c'est la confiance en elles-meme, l'ambition concrete pour elles-meme.
Éducation et société doivent favoriser ces deux criteres essentiels des l'entrée à la creche.
Surtout que vue l'inertie socio-économique installée par des moeurs multi-séculaires, font que 94% des fonds financiers etc sont managés par des hommes actuellement, cf Mac Kinsey Conseil.

Écrit par : Max Gacc | 24/03/2018

Les commentaires sont fermés.